Du tumulus à l’Atlantique (Partie 3)

Nous avons quitté Paris, sous la pluie, en suivant la vallée de la Seine en passant progressivement d’un itinéraire urbain à un parcours nettement plus pittoresque. Nous laissions les usines du bord de Seine derrière nous pour traverser des villages dont certaines maisons, œuvres de Louis Périn, rivalisent de beauté avec celles qui furent construites à Bruxelles par Victor Horta.

La ville de Melun fut vite traversée pour rejoindre les bords de la forêt de Fontainebleau. Quelques kilomètres plus loin, le soleil nous accompagnait pour quitter la Seine et suivre le canal du Loing jusqu’aux portes de Montargis où nous avions réservé une chambre dans l’auberge de jeunesse de Cepoy sur Loing. Loger dans une auberge de jeunesse fut une découverte pour nous. Cette première expérience nous a permis de découvrir les joies du partage entre voyageurs ainsi que les conditions d’accueil bien loin des auberges de jeunesse de notre adolescence. Des chambres à deux lits ont fait place à ces vastes dortoirs aux odeurs si particulières dont nous avions gardé le souvenir.

Le château des seigneurs du canal
Le château des seigneurs du canal (Auberge de jeunesse)

Le lendemain matin, direction Sud, le long du canal du Loing pour rapidement rejoindre le canal d’Orléan. Les kilomètres qui séparent Montargis d’Orléans se parcourent tantôt sur des chemins caillouteux tantôt sur des petites pistes de terre. Nos vélos (aux roue de 28 pouces) étaient particulièrement bien adaptés pour cette partie de l’itinéraire de l’Eurovélo 3 qui était en cours d’amélioration lors de notre passage.

Cathédrale Sainte-Croix d'Orléans

Pour nos repas, nous nous organisions pour trouver un petit restaurant ou un magasin pour acheter le pain, le fromage et le saucisson quotidien. Lors de cette étape, c’est par hasard que nous avons découvert la P’tite tablée à Fay-aux-Loges. Une adresse à retenir pour la qualité de l’accueil et le repas copieux qui nous a été servi. Une adresse à retenir si vous passez dans le coin.

Après 70 kilomètres nous rejoignons la Loire à Combleux,  fleuve que nous allions longer durant quelques jours. Là, le dépaysement commençait à être total. A partir de Combleux nous avons suivi les berges de la Loire sur des chemins ou des routes aménagées pour les cyclistes. C’est ainsi que nous sommes rentrés au coeur d’Orléans pour un petit tour de la ville avant de rejoindre l’auberge de jeunesse. Située à proximité de l’université d’Orléans, cette auberge de jeunesse porte bien son nom et accueille de nombreux étudiants étrangers qui viennent pour une ou plusieurs années d’étude. A cette époque de l’année, nous étions les seuls voyageurs. Les jours suivants nous allions longer la Loire en traversant des villes et des villages chargés d’histoire tout en conservant de magnifiques panoramas sur ce fleuve aux abords si sauvages.

O.M.